Temps de lecture: 6 minutes

Comme dans tous les pays de l’OCDE, la population suisse vieillit. Le nombre de personnes de 65 ans ou plus a été évalué à 1,63 millions en 2020, les seniors représentent donc actuellement environ 19% de la population suisse.

D’après les projections de l’Office fédéral de la statistique, la part des personnes âgées ne cessera d’augmenter pour passer à près de 21% en 2025, plus de 24% en 2035, excéder les 26% en 2045 et représenter 3 millions de personnes. Comparativement, la part des jeunes dans la population totale est en baisse et si on compte aujourd’hui 12 personnes en âge actif pour une personne de plus de 80 ans, cette proportion devrait diminuer à 7 actifs pour un senior de plus de 80 ans d’ici 2030. Ces quelques chiffres résument bien les changements sociétaux, les débats politiques et les réformes actuels en Suisse qui touchent au système des retraites, au financement de l’accompagnement et des soins de santé, au statut des proches aidants et aux conditions de travail du personnel soignant et d’accompagnement.

Les défis posés aux sociétés de type occidental par le vieillissement de la population sont de taille, mais il serait erroné de considérer cette évolution uniquement à travers un prisme négatif.
L’augmentation de la part des personnes âgées dans la population invite à repenser le rôle de cette population dans la société. De nouvelles formes de collaboration, cohabitation, cocréation et cohésion apparaissent pour faire face à cette nouvelle donne.

Tous séniors, tous différents

Silver eco

La Suisse compte actuellement 8,6 millions d’habitants, c’est un petit pays classé 10ème par le Fonds monétaire international en termes du PIB par habitant estimé à 61 360 USD en 2017.
Les coûts de la main d’œuvre et de soins sont élevés, mais la Suisse dispose d’un bon système de sécurité sociale dans lequel les frais sont répartis entre les bénéficiaires, les caisses maladie et l’Etat. Ce système ne permet néanmoins pas de minimiser les inégalités.

Outre les disparités dans les moyens matériels, les seniors ne sont pas un groupe homogène. L’étape de vie qu’est la retraite est une étape longue et de plus en plus variée, elle est vécue, pour une grande partie, sans limitation ou invalidité. Bien que le revenu baisse nettement à la retraite, les seniors suisses issus de la génération des baby-boomers sont plutôt des consommateurs à fort pouvoir d’achat. Le revenu moyen d’un ménage de retraités est estimé à 6 500 CHF par mois.

Cette frange de la population peut certes consommer des services et produits dédiés à son âge, mais elle ne souhaite surtout pas être tagguée comme différente de la population active.
Ces seniors continuent de vivre dans un logement indépendant, mais de préférence adapté et apprécient l’offre en soins ambulatoires qui est très développée en Suisse avec 2 200 prestataires d’aide et soins à domicile.  Il s’agit également d’une population très bien connectée et consommatrice de nouvelles technologies. La perte d’autonomie intervient de plus en plus tard et les besoins ainsi que les moyens des seniors changent radicalement à ce moment-là. Les coûts de l’assistance constituent alors une part importante des dépenses des ménages dans cette période de vie et les disparités se creusent car la prise en charge de ces coûts est décidée au niveau cantonal et les pratiques sont loin d’être homogénéises entre les 26 cantons.

GARDEZ UNE LONGUEUR D’AVANCE SUR L’EVOLUTION DE VOS MARCHES A L’EXPORT

Inscrivez vous à la selon le secteur de votre choix !

Etablissements médicaux sociaux, un système en évolution.

Silver eco

En Suisse, l’équivalent le plus proche des Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) tels que connus en France sont les Etablissements Médicaux-Sociaux (EMS). Ces établissements offrent tant des séjours courts de convalescence que des séjours longs. La Suisse recensait fin 2019 1 565 établissements médico-sociaux (100 356 places) et les autorités estiment que, dans l’état actuel des pratiques, la création de 70 000 places supplémentaires sera nécessaire d’ici l’année 2045. Les cantons qui sont les premiers responsables dans ce processus sont extrêmement intéressés à faciliter le maintien à domicile pour éviter un surplus d’investissements.

Le marché suisse est actuellement caractérisé par une diversité de l’offre et une bonne solvabilité des établissements. Les EMS proposent des services de haute qualité. De nombreux établissements sont indépendants ou font partie de petites chaînes indépendantes. Ils sont à 45% privés et à 55% publics ou privés subventionnés. L’offre est réglementée par un système d’autorisation au niveau cantonal.

Le prix moyen d’un séjour en EMS est de 300 CHF par jour (ou 9 000 CHF par mois) dont 41,3% pour les soins (financés par l’assurance maladie selon un système de forfaits en fonction du niveau de dépendance du patient et une part résiduelle à charge du patient), 18,1% le coûts résiduels des soins (financés par les cantons) et 40,6% en frais de séjours à charge du patient.

Pour 2019, les coûts totaux d’exploitation des EMS ont été évalués à 10,5 milliards CHF. 41% ont été financés par les pouvoirs publics, 41% par les assureurs et 17% par les bénéficiaires de prestations. Le poste dominant est constitué par les coûts de personnel (87%).

Les technologies qui permettent d’assurer un séjour sécurisé du patient, d’augmenter la productivité et alléger la pénibilité des tâches du personnel sont très demandées par ce type d’établissements et cette tendance s’inscrit dans le long terme étant donné que l’âge moyen auquel les patients entrent dans ce type d’établissements augmente ainsi que leur degré de dépendance.

Un écosystème innovatif dense et ouvert à la collaboration

L’amélioration de l’accompagnement et des soins à la personne est un axe d’innovation important en Suisse. Le pays dispose d’un tissu dense d’instituts de recherche et d’associations qui étudient la question de l’accompagnement des personnes âgées, évaluent les nouvelles technologies et mettent en pratique des projets d’innovation, souvent dans une optique de cocréation. La prestation de services ou vente de produits d’accompagnement et de soins à la personne nécessitent une bonne connaissance préalable de l’organisation complexe et décentralisée de ce secteur, des pratiques et réglementations sur le marché suisse. Le rapprochement avec des partenaires locaux spécialisés améliore sensiblement les chances de réussite sur ce marché hautement compétitif.

Journée Silver économie en Suisse : votre clé d’entrée sur le marché suisse

La filière tech et services de Business France en Suisse et le Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Suisse organisent une après-midi d’information et de réseautage avec les principaux acteurs de l’innovation dans le domaine de la silver économie en Suisse. Nous convions les sociétés actives dans le domaine de la silver économie à nous retrouver le 1er décembre 2021, 13 heures, à la résidence de France à Berne.

Au programme de l’après-midi :

  • Deux tables rondes successives, sur la coopération franco-suisse en matière de silver économie et sur les innovations récentes dans le domaine en Suisse. Les deux tables rondes sont axées sur la présentation du marché et des instruments d’accompagnement et les leviers auxquels les sociétés françaises peuvent faire appel sur le marché suisse, ainsi que le partage d’expérience d’autres sociétés qui ont déjà approché ce marché.
  • Un cocktail de networking avec tous les participants.
  • Table ronde de partage d’expériences des pays partenaires avec des experts institutionnels et les fédérations spécialisées

Pour toute information complémentaire et inscriptions, n’hésitez pas à remplir le formulaire ci-dessous, en mentionnant le sujet, et nous vous recontacterons dans les plus brefs délais.

M