Temps de lecture: 3 minutes

Sans doute COVID-19 a été l’un des plus grands défis en 2020, qui a frappé la scène mondiale des start-ups et du capital-risque, provoquant non seulement des changements dans l’écosystème et le comportement des clients, mais conduisant également à la numérisation massive et souvent – imprévue.

Malgré ces conditions spécifiques, de nombreuses start-ups ont réussi à clôturer des tours d’investissement en 2020 : selon le rapport « VC Funding In CEE – 2020 » publié par Vestbee, le nombre d’investissements en capital-risque dans la région d’Europe centrale et orientale s’est élevé à plus de 730, et le montant total du financement dépassait 1 milliard d’euros en 2020 (il convient de noter que les données concernent les tours clôturés et que le montant de financement dans l’ensemble de la région était indéniablement plus élevée).

Demande en solutions « à distance » monte en flèche

Parmi les opportunités émergentes et les tendances d’investissement les plus appréciées figuraient des solutions basées sur l’intelligence artificielle et des domaines liés, tels que l’analyse et le big data, mais on a également observé l’intérêt croissant pour la télémédecine, les soins personnels à distance, la livraison à domicile, le travail à distance, l’éducation en ligne, le commerce électronique et la marketplace, l’agritech, la blockchain et la fintech, et – last but not least – les villes intelligentes.

Malgré la stagnation initiale, le second semestre actif a montré que les marchés s’adaptent rapidement à des circonstances changeantes qui, malgré de nombreux défis, peuvent agir comme un catalyseur de changement et génèrent de nouvelles opportunités. Les start-ups et les investisseurs qui ont anticipé les tendances et ont pu s’adapter rapidement aux nouvelles conditions, en particulier à la numérisation progressive, s’en sont sortis gagnants. Si on considère les trimestres, la valeur des investissements en CR au T1 et au T2 est restée au même niveau, tandis qu’entre les T2 et T3 a augmenté de 56%, et entre les T3 et T4 de 120%, pour atteindre un montant étonnant de plus de 550 millions d’euros.

Source : Vestbee.com

 

Les trois champions

En termes de nombre de transactions, les pays les plus actifs ont été la Pologne, la Hongrie et l’Estonie avec respectivement 313, 110 et 97 investissements. Les startups de ces pays ont également excellé dans le financement : Bolt a acquis 150 M EUR, Iceye – 73 M EUR, Brainly – 66 M EUR et Booksy – 60 M EUR. La position forte de la Pologne n’est pas surprenante et résulte du fait que c’est le plus grand écosystème de la région avec un grand pool de start-ups et de nombreux investisseurs actifs (plus de 430 millions d’euros investis). Pourtant, la Hongrie peut être une belle révélation. En 2020, les start-ups hongroises ont obtenu plus de 50 millions d’euros en 110 cycles de financement, ce qui montre clairement que la Hongrie a également mis l’accent sur le développement de l’écosystème des start-ups et dans les années à venir, nous pouvons nous attendre à davantage des investissements impressionnants.

Source : Vestbee.com

Parmi les investisseurs les plus actifs, on peut distinguer Hiventures, Fil Rouge Capital, Startup Wise Guys, CB Investment Management, Smok VC, Polish Venture Fund, KnowledgeHub, CZYSTA3.VC, Netrix Ventures et Brave VC.

Selon les prévisions, en 2021, on peut s’attendre à une nouvelle augmentation du nombre et de la valeur des transactions sur le marché du capital-risque, qui est principalement due à l’énorme offre de capital-risque pour les entreprises technologiques à un stade précoce de développement et à la numérisation progressive de tous les secteurs.

 

 

Sources : mamstartup.pl ; vestbee.com

M