Temps de lecture: 4 minutes

Pour son 54ème anniversaire, le CES se tenait en janvier dernier pour la première fois en ligne. Une grande nouveauté, pour les participants, les exposants mais aussi pour les organisateurs. Loin de Las Vegas, une importante délégation a pris part à cet événement incontournable pour le monde de la tech. Parmi les quelques 130 entreprises françaises, 16 d’entre-elles ont été sélectionnées par un jury composé d’experts de l’écosystème et accompagnées par Business France. Retour sur cette édition spéciale.

La plateforme CES 2021

Le CES en version digitale se composait de deux grandes parties. D’un côté, un cycle de conférences avec de grands noms comme Google, CVS, General Motors ou encore Best Buy. De l’autre côté, une plateforme de présentation des entreprises avec possibilité de networking. C’est sur cette plateforme que chaque entreprise exposantes pouvait mettre en avant son produit ou sa solution. A la manière d’une page d’e-commerce, il était possible de mettre en ligne des visuels, vidéos ou encore quelques pdf un peu plus complets. A cela s’ajoute la possibilité de tchatter en live, une sorte d’accueil en temps en réel pour répondre aux questions des e-visiteurs. Même si le nombre total d’exposants était plafonné à 1 500 visiteurs (contre 4 500 habituellement), il était indispensable pour les startups françaises de se démarquer.

Une préparation adaptée

Comme chaque année, les startups lauréates ont participé aux différentes sessions de coaching. L’objectif est simple : Avoir toutes les clés en main pour réussir son CES ! Mais à édition spéciale, préparation spéciale. C’est pourquoi une partie des différents ateliers a été adaptée à un événement en ligne, comme les Relations Presse ou Relations Distributeurs, et d’autres ateliers ont fait leur apparition : « Pitcher son produit en visio conférence », et « optimiser sa présence en ligne ». Durant près de deux semaines, l’ensemble de la délégation française s’est préparée pendant 2h ou 3h quotidiennement.

Les facteurs de succès d’un salon digital

Comme tout événement, le premier facteur de réussite est l’attractivité de l’entreprise. Cette dernière propose-t-elle un produit ou une solution qui correspond aux attentes des visiteurs ? C’est d’autant plus important sur un événement comme le CES, qui regroupe un très grand nombre de participants sur un grand nombre de thématiques. Si les logiciels avaient un peu plus de chance de réussite sur cette version digitale, ce n’était probablement pas le cas sur le CES en présentiel à Las Vegas, salon sur lequel le visiteur attend un produit : « Consumer Tech ».

L’autre facteur de réussite d’un événement est la préparation en amont, que ce soit un salon en ligne ou en présentiel. Cette préparation est différente pour une version digitale. Par exemple, Vivoka nous partageait sa préparation du CES 2021. Les équipes ont scrapé à l’huile de coude l’ensemble de la plateforme à la recherche des prospects intéressants, avant de les contacter via les outils proposés par les organisateurs de l’événement.

Toujours illustré par Vivoka, le dernier facteur de réussite est l’engagement de l’entreprise et de ses équipes sur l’événement. En effet, les équipes de la startup voice tech sont restées connecté presque 24h/24h pendant la première semaine du CES Digital. Ainsi, l’équipe a mis toutes les chances de son côté pour répondre aux demandes entrantes via la messagerie classique ou instantanée.

En résumé, le CES 2021 dans sa version digitale était une grande première pour l’écosystème. Cela demande une préparation particulière mais cela n’empêche pas d’entrer en contact avec vos prospects. Si votre objectif est d’augmenter votre visibilité pour un lancement de produit, le CES reste le salon idéal. En effet, nous dénombrons plusieurs centaines de retombées presse pour les startups françaises pour cette édition. Enfin, le bilan des startups de la délégation française nous apprend que 99% souhaitent participer au CES en 2022, si possible en présentiel.

Rendez-vous à Las Vegas en Janvier prochain !

M