Temps de lecture: 7 minutes

Plus d’un an après le lancement en Corée du Sud du premier réseau 5G au monde, le pays a été rejoint par une trentaine d’autres, dont le Japon et Taiwan. Si la Corée et Taiwan se placent respectivement 2ème et 4ème mondial en termes de vitesse de téléchargement, le réseau en place est encore loin de fournir les performances attendues. Un déploiement en masse des nouvelles applications offertes par la 5G sur l’ensemble de l’économie se fait également attendre, néanmoins les projets prometteurs en cours sont nombreux : nouveaux services, mobilité, sécurité, santé ou usine intelligente.

Corée du Sud

Lancée en avril 2019, la 5G a été rapidement adoptée par les coréens, particulièrement technophiles. On compte aujourd’hui 8,6 M d’abonnés, soit 12,4% des 70 M de souscriptions mobiles du pays. L’opérateur SKT compte le plus d’utilisateurs, avec 46% de part de marché, suivi de KT (30,4%) et LGU+ (23,6%). Les utilisateurs déplorent cependant une couverture du territoire incomplète, engendrant une disponibilité faible du réseau (15% du temps de connexion), ainsi qu’une vitesse de téléchargement seulement 5 fois supérieure à la 4G, alors qu’elle avait été promue comme étant 100 fois plus rapide. Selon un rapport de l’Assemblée Nationale, plus de 500 000 utilisateurs de la 5G seraient retournés vers la 4G depuis le lancement du réseau, soit 6,5% des abonnés actuels. Les trois opérateurs se concentrent par conséquent sur une densification des infrastructures actuelles, et prévoient des investissements conjoints de 21,4 Mds USD d’ici 2022. Principal fournisseur des antennes-relais du pays, Samsung continue de progresser en parallèle sur le marché mondial des équipements télécoms. Le conglomérat ne détenait que 3% du marché il y a 2 ans, mais en contrôle aujourd’hui 13,2%, derrière Huawei (35,7%), Ericsson (24,8%), et Nokia (15,8%). Samsung profite des réticences des pays occidentaux à installer des équipements Huawei, notamment aux Etats-Unis où Samsung a remporté plusieurs contrats importants (dont Verizon – 6,6 Mds USD).

Au-delà de la couverture du territoire, le développement de services nouveaux et performants par rapport à la 4G reste indispensable pour envisager le succès de la 5G. A ce titre, le gouvernement suit depuis 2019 une feuille de route visant notamment à stimuler les investissements pour le déploiement de la 5G d’ici 2026 dans 10 industries [1] . La 5G tient aussi une place centrale dans le Digital New Deal, volet digital du plan de relance coréen suite à la crise Covid, qui prévoit des investissements de 15 Mds EUR d’ici 2025, pour l’intégration de la 5G et de l’intelligence artificielle dans l’industrie.

Les acteurs privés font également des efforts depuis le lancement du réseau. L’offre B to C des opérateurs inclut des services gratuits d’accès à des vidéos ultra haute-définition et à la VR/AR, appliquées aux loisirs préférés des coréens : jeux vidéo, sport et émissions de divertissement.

Sur le plan des services B to B, les trois opérateurs multiplient les coopérations avec les industriels dans les domaines de l’industrie 4.0 et de la conduite autonome. L’opérateur LG Uplus teste actuellement un véhicule roulant destiné à la surveillance en continu de sites industriels. KT coopère sur plusieurs projets avec Hyundai, afin de codévelopper des robots industriels, solutions IA, Big Data et communications mobiles pour l’amélioration de la productivité des usines du groupe. Ces projets se joignent à l’objectif du gouvernement d’atteindre 12 000 usines intelligentes en Corée d’ici 2025. Des projets pilotes dans le secteur médical, ou encore maritime, ont aussi vu le jour (Hôpital équipé de la 5G, Télémédecine, Système de gestion portuaire intelligent).

Japon

Au Japon, le lancement de la 5G en mars 2020 par les trois opérateurs historiques (SoftBank, NTT, KKDI) a connu un accueil en demi-teinte. Seul NTT Docomo, a rendu public son nombre d’abonnés : 240 000 utilisateurs en août 2020. Les prix élevés des abonnements, la disponibilité très limitée du réseau, présent uniquement sur une partie des grandes villes, et l’absence de modèles 5G de la marque Apple avant octobre, (Apple représente 50% des mobiles du pays), expliquent le faible nombre actuel d’abonnés. L’arrivée de l’iPhone 12 devrait cependant déclencher une vague d’abonnements au nouveau réseau.

Le nouvel acteur du secteur, Rakuten Mobile, a lancé son offre 5G en octobre 2020. Avec un forfait proposé à 25 EUR, soit 3 fois moins cher que ses concurrents, l’opérateur se positionne dans la continuité de sa politique agressive des prix afin de faire sa place sur ce marché conservateur. Le nouveau Premier Ministre Japonais a par ailleurs annoncé dès son arrivée en poste son souhait de voir les prix des forfaits baisser, ce qui pourrait se traduire par une baisse de l’ordre de 40% par rapport aux prix actuels.

Plusieurs plans de déploiement des infrastructures d’ici 2025 ont été également annoncés par les opérateurs : NTT et KDDI devraient couvrir plus de 90% des zones urbaines, tandis que Softbank et Rakuten annoncent une couverture plus restreinte :  respectivement 64% et 56%.

Pays d’innovation, le Japon et ses acteurs multiplient les projets de nouveaux usages liés à la 5G, alliant leurs compétences avancées en robotique et en intelligence artificielle. Le contrôle à distance de robots grâce à la faible latence du réseau semble être un sujet d’intérêt : l’opérateur KDDI a testé son système sur plusieurs engins de chantiers, pilotés par un poste installé à une distance de 750m, tandis que NTT Docomo et Toyota travaillent au développement d’un robot humanoïde contrôlable à distance (10km) à destination principalement des maisons de retraite. Des tests de maintenance à distance dans le secteur aérien ont également été réalisés par KDDI. Les transports et la conduite autonome sont aussi au centre des intérêts avec des tests grandeur nature en cours depuis 2019. L’opérateur Softbank travaille notamment sur des solutions de Truck Platooning (connexion d’un convoi rapproché de poids lourds à un véhicule pilote).

Taiwan  [2]

Commercialisée depuis juillet 2020, la 5G connait un développement assez rapide à Taiwan, avec 10 000 antennes-relais installées à ce jour et 1 M d’abonnés attendus pour la fin de l’année par les trois premiers opérateurs télécoms, Chunghwa Telecom, FarEasTone et Taiwan Mobile. Taïwan prévoit d’atteindre les 12 M d’utilisateurs d’ici 3 ans ; la sortie de l’iPhone 12 et d’autres modèles 5G, ainsi que la couverture de 90 % des 6 villes principales de l’île [3]  devraient contribuer à cette croissance. A l’instar des pays voisins, les prix des forfaits se montrent particulièrement élevés (entre 41€ et 80€), le double des prix pour la 4G.

En matière de nouveaux services, les opérateurs taïwanais ont débuté très tôt le développement de leurs offres, en fait dès l’attribution des fréquences. L’offre B to C se concentre sur les divertissements, les contenus culturels et jeux vidéo. Chunghwa Telecom et Taiwan Mobile ont retransmis en direct des matchs sportifs en 4K et multi-angles. Chunghwa Telecom a également diffusé un concert en réalité virtuelle (RV), visionnable par les spectateurs sur leur téléphone portable ou casque RV. FarEasTone et Taiwan Mobile proposent des plateformes streaming de musique de qualité supérieure dont les fichiers audios ne nécessitent plus d’être compressés avant transmission. En matière de jeux vidéo, les jeux « AAA » sont désormais disponibles via le Cloud, un service commercialisé par les trois opérateurs et leurs partenaires : Chunghwa Telecom et le Français Gamestream, Taiwan Mobile et Nvidia, GeForce NOW et FarEasTone avec le Japonais Ubitus. Ces nouveaux services ne trouvent néanmoins pas encore leur public, les Taïwanais étant à ce stade encore relativement hésitants.

La connectivité renforcée [4] la faible latence et le haut débit font de la 5G une technologie de choix pour les entreprises taiwanaises, qui cherchent à se positionner comme leaders dans les secteurs d’applications du réseau. La société Turing Drive travaille avec FarEasTone sur la mise en place d’un bus autonome, actuellement en phase de test dans le centre-ville de Taipei. L’industrie 4.0 est aussi un sujet d’intérêt pour les 3 opérateurs, qui développent des solutions basées sur l’intelligence artificielle pour la détection de défauts en temps réel ou la sauvegarde des chaînes de production. Par ailleurs, la société hardware Compal, connue pour ses activités ODM/EMS, a conçu un système de ferme intelligente permettant de monitorer les données environnementales terrain via des capteurs, ainsi que la gestion à distance des équipements.

Dans le but de faciliter l’exploitation de la 5G par les utilisateurs professionnels, les opérateurs télécoms ont mis en place une offre de « réseau entreprise ». Il s’agit d’un réseau privé et indépendant, sur une bande fréquence particulière et à des fins spécifiques. Configuré selon le site et les tâches effectuées, il accorde une plus grande souplesse et une maintenance simplifiée pour les entreprises utilisatrices. Principalement destiné aux acteurs de l’industrie lourde et de la haute technologie, ce mode a déjà trouvé des clients auprès des géants des semiconducteurs TSMC et ASE, ainsi que CPC Corporation et Formosa Plastics Group dans l’industrie de la pétrochimie. Actuellement disponible uniquement via une collaboration avec un opérateur télécom, les entreprises devraient pouvoir établir leurs propres réseaux après l’attribution de bandes de fréquence supplémentaires, planifiées par les autorités pour 2021-2022.

 

Réputés pour leurs grands acteurs des télécommunications et leurs technologies de pointe, les pays d’Asie du Nord-Est ont su rapidement déployer le réseau 5G sur leurs territoires ainsi qu’engager opérateurs et industriels dans la construction d’un nouvel écosystème commun autour de la 5G. Le nouveau réseau n’en est cependant qu’à ses débuts et ne tient pas encore toutes ses promesses : une amélioration de la couverture est attendue, et devra être suivie de nouveaux services apportant une vraie rupture avec l’existant.

Les acteurs locaux anticipent par ailleurs l’avenir en commençant le travail sur la 6G. Plusieurs équipes de R&D sont déjà en place en Corée du Sud, alors que les acteurs japonais travaillent déjà sur les aspects normatifs de la prochaine génération.   

 

[1] Equipements réseau, Smartphone nouvelle génération, Appareils VR & AR, Dispositifs portables, CCTV intelligente, Drone, Robot connecté, 5G V2X, Sécurité des informations, Edge computing
[2] p.30-71, Business Next Magazine, septembre 2020
[3] https://technews.tw/2020/11/25/chunghwa-telecom-5g/
[4] https://www.bnext.com.tw/article/57898/5g-private-network

 

Article rédigé par nos experts tech d’Asie du Nord-Est: Carole Queury (Corée du Sud), Alexis Tatto (Japon), Wayne Wang (Taïwan), Sylvain Degueurce (Corée du Sud), Bertrand Vélon (Japon).

M

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour en savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer