Temps de lecture: 3 minutes

Le marché chinois de l’e-commerce reste très complexe et nécessite une bonne préparation pour les entreprises françaises qui veulent réussir dans un environnement qui évolue très rapidement, notamment en termes de marketing digital (co-branding, live streaming des influenceurs).

En complément de l’atelier en ligne organisé en mai, Business France a mis en place depuis 6 ans avec Formatex l’événement « Réussir son e-commerce » qui permet aux marques s’intéressant à ce marché de suivre une formation assurée par des experts, de bénéficier de retours d’expériences de marques et enseignes déjà présentes et d’avoir un premier contact avec les principales plates-formes chinoises (T-Mall, JD.Com, Vip.Com, Suning). La prochaine édition se tiendra les 22 et 23 octobre à Paris.

Depuis plusieurs années, la Chine est devenue le premier marché mondial du e-commerce. En 2019, le chiffre d’affaires des ventes en ligne BtoC a atteint 632 Mds EUR, soit six fois plus que le marché français la même année. Sur une population de 1,3 Mds, 722 M de Chinois achètent en ligne, soit 55,5%, ce qui laisse encore une forte marge de progression. Le e-commerce représente déjà 20 % du total des ventes au détail contre près de 10 % en France. Ce phénomène s’est encore accentué, notamment en ce qui concerne l’alimentaire, avec la crise du Covid qui a frappé la Chine, avant de s’étendre au reste du monde.

Dans l’empire du Milieu tout passe par le mobile puisque plus de 70 % des ventes en lignes BtoC sont réalisées via les smartphones et sur les places de marché des géants locaux de l’e-commerce comme le groupe Alibaba et JD.Com qui se livrent une guerre sans merci. Les cyberacheteurs chinois, en quête d’authentiques produits de marques internationales n’hésitent pas à acheter sur les boutiques ou pavillons étrangers, dont la France, qui sont sur les sites d’e-commerce transfrontalier (cross border) de T-Mall Global, Vip Global et JD Worldwide. La France est l’un des six pays qui profitent le plus de l’engouement des cyberacheteurs chinois dans leurs achats transfrontaliers. Le développement du modèle d’achat direct (BtoBtoC) par les places de marché devrait permettre à un plus grand nombre d’entreprises françaises d’y vendre leurs produits.

11,2 Mds USD de produits importés ont été acquis par près de 150 M de cyberacheteurs chinois en 2018  (+25 %) auprès de marchands basés à l’étranger. Ce nombre devrait dépasser 200 M en 2020. Ramené au chiffre d’affaires total du e-commerce chinois, le potentiel de croissance est vertigineux. Les cosmétiques, les produits de soins du corps, les produits maternels et infantiles, la mode masculine et les accessoires de mode (maroquinerie), les vins sont les catégories de produits français les plus recherchées.

Business France a publié récemment un dossier thématique sur  « le marché de l’e-commerce transfrontalier vers la Chine » présentant les business model des principales plates-formes cross-border. Vous pouvez consulter ce dossier ici : https://www.businessfrance.fr/l-e-commerce-transfrontalier-en-chine-2020

Vous souhaitez en savoir plus sur la formation e-commerce Chine d’octobre, ou échanger sur votre projet export en Chine ?

Merci de remplir le formulaire en fin d’article, et notre référent e-commerce vous contactera très rapidement.

M