Temps de lecture: 5 minutes

L’une des citations que l’on retrouve très souvent actuellement est celle de JFK : « En chinois, le mot crise est formé de deux caractères. L’un représente le danger. L’autre l’opportunité. ». Cette citation couramment utilisée s’explique probablement par le fait qu’elle est le parfait reflet de la situation actuelle.

En effet la crise sanitaire que nous traversons actuellement représente un vrai danger pour nous-mêmes, nos proches et nos collègues. En parallèle, notre confinement crée un sentiment d’opportunité pour réfléchir et concevoir un « monde différent », un « monde meilleur », plus recentré sur l’essentiel. Cette introspection se fait de plus en plus sentir aussi bien au niveau sociétal, économique que financier.

Le Digital n’est pas l’ennemi du physique

En cette période de distanciation sociale, le digital trouve davantage sa place dans notre société comme nous pouvons le constater avec la multiplication de « live insta » de coachs sportifs, de chefs de renoms, mais aussi à travers les applications, comme Zoom ou encore HouseParty, qui nous permettent de poursuivre nos activités, nos apéros entre amis ainsi que nos repas et fêtes de familles sous un autre format.

Cette crise sanitaire démontre que le digital, à condition de l’utiliser à bon escient, n’est pas l’ennemi du physique mais peut être un outil de création et de maintien du lien social et de la vie en communauté.

Cet élan introspectif sur notre façon de consommer et de vivre en communauté ne se limite pas à la sphère sociétale mais touche aussi tous les secteurs d’activité de notre économie.

Cette crise sanitaire, un véritable catalyseur pour la digitalisation du secteur ?

L’immobilier et la construction ne dérogent pas à la règle et se sont retrouvés au centre de l’actualité avec 9 chantiers sur 10 à l’arrêt, 100 000 transactions immobilières engagées bloquées du jour au lendemain, -40% de trafic sur les sites Internet immobiliers et des chiffres avancés d’une baisse des prix de l’immobilier de l’ordre de 15%.

Cette crise est un véritable catalyseur, une loupe grossissante, sur le retard pris par le secteur de l’immobilier et de la construction dans la digitalisation de leurs activités. Et parfois, des processus longs et coûteux ne sont pas parvenus à réaliser ce que le Covid-19 a forcé en 48h en matière de transformation digitale.

Au niveau du secteur de la proptech, le mouvement social d’entrepreneur French Proptech et ses adhérents ont, après une période d’observation, très vite pris position en appelant à une solidarité nationale à travers le respect des engagements pris précédemment et le maintien de l’activité économique, tout en respectant les consignes ainsi que les recommandations du gouvernement pour assurer la santé des salariés.

Après consultation de ses adhérents à travers un sondage, il s’avère que l’état d’esprit des entrepreneurs de la French Proptech reste majoritairement positif et ce pour plusieurs raisons.

  • La première est d’ordre organisationnelle car l’agilité des startups leur a permis de s’adapter rapidement aux nouveaux modes de travail (télétravail, management à distance, visioconférence, signature électronique, etc).
  • La deuxième est que le confinement est un moment d’introspection personnel mais il est aussi un moment d’introspection pour une entreprise. C’est le moment de se former mais aussi d’avancer sur des projets de fonds qui eux sont en stand-by et devront être prêts pour le déconfinement. On le voit sur les réseaux sociaux, les startups accompagnent les opérateurs quels qu’ils soient dans leurs projets de fonds par de la formation notamment à travers des webinars. C’est leur façon d’apporter la pierre à l’édifice du monde d’après et de continuer le long travail de pédagogie entamé il y a longtemps déjà. Une continuité d’activité qui sera vitale pour elles.
  • La dernière raison, et non des moindres, est un accroissement non négligeable de leur activité car les startups sont de plus en plus sollicitées par leurs partenaires actuels qui souhaitent accélérer leur digitalisation, mais aussi par d’autres acteurs de notre économie qui souhaitent implémenter au plus vite de nombreuses solutions digitales telles que la marketplace pour les commerces de proximité, les visites virtuelles ou encore la signature électronique, comme nous avons pu le voir chez des promoteurs de premier plan.

Cette « course » à la digitalisation et à la mise en place de solutions digitales, représentent pour les acteurs de la construction et de l’immobilier, une opportunité de maintenir un niveau minimum d’activité durant cette période de confinement mais aussi de s’adapter rapidement lors de la reprise de l’activité.

Qu’en est-il à l’international ?

Tous les assets ne seront pas impactés de la même manière par la crise du Covid19. De la même manière, tous les pays ne sont pas touchés en même temps et n’ont pas la même gestion de la crise. Cela complexifie la tâche pour avoir une visibilité à l’international à court et moyen terme. De plus, les marchés sont secoués par l’effet domino. Pétrole, tourisme, immobilier, etc : chaque secteur est touché de manière distincte.

L’année 2020 restera très certainement floue mais il y a néanmoins des dénominateurs communs qui laissent entrevoir des opportunités. La transformation digitale a opéré une avancée extraordinaire et les problématiques de l’immobilier à Paris vont sensiblement rester les mêmes qu’à New York, Singapour ou Sydney.

La continuité des activités à marche forcée a aussi contribué à faire tomber des barrières physiques et géographiques. On peut penser que la réponse doit prendre racine, plus que jamais, dans un territoire mais pourra se dupliquer plus aisément sur d’autres territoires. Et ainsi permettre à la Tech française de (re)faire briller son savoir-faire et ses valeurs à l’international. 

 

Cette crise sans précédent depuis la seconde guerre mondiale est une mise à l’épreuve pour tous. Mais force est de constater qu’elle n’a généré aucune destruction matérielle et qu’elle pousse à se surpasser. Elle permet à de nombreux acteurs de prendre, véritablement et durablement, conscience que la Proptech n’est pas un ennemi ou un concurrent mais plutôt un accompagnateur dans la transformation digitale des secteurs de la construction et de l’immobilier.

 

 

 

À propos de The French PropTech (https://frenchproptech.fr/) :
La French PropTech est un mouvement social d’entrepreneurs qui fédère les acteurs immobilier de la tech et de l’innovation qui cherchent à réinventer une ville centrée sur l’Homme et ses usages, co-construite avec les acteurs historiques de l’aménagement, de la construction et de l’immobilier.

Né en juin 2018 au Web2dDay à Nantes sur l’impulsion d’entrepreneurs de Nantes et Montpellier, il est rapidement rejoint par plus de 150 startups de toute la France. En plus d’être un acteur majeur de l’innovation au niveau national, le mouvement garde son ADN Territoire avec la création de plusieurs bureaux régionaux à Nantes, Montpellier, Rennes et Lyon.

Contact :

Antoine Morin – Coordinateur Général French PropTech – antoine@frenchproptech.fr

M