Temps de lecture: 4 minutes

Incontournable dans l’économie mondiale grâce à une croissance forte et contenue de plus de 4,5% en 2019, l’Asie du Sud-Est et Océanie (ASEANO) est la 3ème région la plus dynamique au monde après la Chine et l’Inde. 3ème marché économique mondial avec une population d’environ 677 millions d’habitants, l’ASEANO affiche une forte pénétration des smartphones et une accélération de la demande de biens et services numériques – se positionnant ainsi comme zone incontournable dans les secteurs Techs.

La crise du Covid-19 qui a débuté en Asie affectera sensiblement les marchés de la région cette année, c’est aussi en Asie qu’est attendue la reprise économique mondiale à partir du second semestre 2020 et une accélération de la croissance des économies en ASEANO en 2021 (avec une augmentation du PIB prévue selon le FMI de +3% à Singapour jusqu’à +9% en Malaisie l’an prochain).

L’économie du numérique générait déjà plus de 100 milliards USD l’an dernier, un chiffre amené à tripler d’ici 2025 dans la région à 300 milliards USD, selon le rapport 2019 de Google & Temasek. Illustrant cette dynamique, l’ASEAN compte aujourd’hui 11 licornes (start-ups valorisées à plus de 1 milliard USD), dont la moitié dans le secteur du e-commerce aussi dans le secteur de la mobilité connectée et des services ou encore du gaming ou de la FinTech (SEA).

Les activités liées à l’exportation représentent en effet approximativement 40% des emplois de la Malaisie. La Chine et Singapour qui représentent 18% et 12% du total des échanges malaisiens et pèsent donc fortement dans les exportations, sont parmi les pays les plus affectés par l’épidémie. La Chine est aussi le principal fournisseur du pays et les ruptures dans les chaînes d’approvisionnement seront aussi lourdes de conséquences. Le commerce devrait reprendre et rebondir suite à la demande de la Chine.

Comme la plupart des pays, la Malaisie a prévu un ensemble de mesures pour soutenir son économie (plan de relance de 58 Mds USD) qui va creuser le déficit budgétaire que le gouvernement estime à 4% du PNB en 2020.

Fintech et Cybersécurité : 2 secteurs porteurs dans la région en cette période

Pour exemple, le secteur de la FinTech est en pleine croissance. Les services Fintech atteignent désormais tous les segments de la population en fournissant des produits et services qui répondent à divers besoins, notamment le secteur du e-commerce en plein essor depuis la crise liée au Covid-19 : E-Wallet (portefeuille numérique), Regtech (technologie réglementaire), wealth management (gestion du patrimoine), etc.

Reconnaissant le potentiel de ce secteur, la plupart des gouvernements de la zone se sont engagés à soutenir le développement de la Fintech afin de contribuer à la croissance économique et à l’innovation technologique.

Singapour en est un bel exemple et se positionne comme la 4ème région mondiale de la FinTech. Le succès du Fintech Festival, organisé par la Monetary Authority of Singapore (MAS), témoigne également de la place prépondérante de ce secteur qui contribue à hauteur de 13% du PIB.

Si Singapour et l’Indonésie abritent les écosystèmes Fintech les plus actifs de l’ASEAN, d’autres pays tel que la Malaisie, le Vietnam ou la Thaïlande connaissent un développement rapide.

Par exemple, en Malaisie, où la croissance économique annuelle s’est élevée en moyenne à un peu moins de 5% au cours des cinq dernières années, la technologie financière fait partie de la vie quotidienne. Elle devient rapidement un élément central du secteur financier du pays, avec des perspectives d’expansion considérables.

Selon un rapport McKinsey, le taux de pénétration des services bancaires numériques en Malaisie a dépassé les 85 %, ce qui illustre le potentiel lié à l’augmentation rapide du nombre d’utilisateurs de plates-formes numériques. Les services bancaires par Internet ont quadruplé dans le pays au cours de la dernière décennie, atteignant un taux d’utilisation de 90 % en 2018 d’après le FMI. Les services bancaires mobiles sont également en plein essor, grâce à la couverture quasi universelle du réseau 4G, à des données abordables, et la 5G est en cours de réalisation. Ce n’est pas un hasard si l’indice de préparation des réseaux 2019 du Forum économique mondial a classé la Malaisie en tête des 139 pays étudiés et en tête des pays d’Asie émergents et en développement.

Étroitement lié à cet essor de la Fintech, les cybermenaces se multiplient et entrainent une demande pour tous les types de cybersécurité et pour tous les types d’organisations, des agences gouvernementales aux développeurs d’applications. Selon A.T. Kearney, les pays de l’ASEAN sont utilisés comme marchés tests pour des cyberactivités malveillantes. Le Vietnam, l’Indonésie et la Malaisie sont des points critiques mondiaux pour les attaques de logiciels.
Le centre de risques Asie-Pacifique basé aux États-Unis prévoit que le coût mondial des violations de données pour les entreprises de la région sera d’environ 1,8 milliards de dollars US en 2020.

Les Dépenses liées à la cybersécurité devraient plus que doubler entre 2019 (2.5 mds USD) et 2025 (5,4 Mds USD). Les menaces numériques se sont élargies à tous les secteurs. (Industrie 4.0 notamment).

Source : The Asean post 2019

La Malaisie est en pointe en matière de réglementation visant à garantir la sécurité du système financier face aux incidents de cybersécurité. Conscients que les cyberattaques peuvent saper la confiance des clients et causer des dommages importants, les banques et les régulateurs malaisiens ont placé cet enjeu au premier rang de leurs préoccupations d’après le Fonds Monétaire International.

 

Pour mieux appréhender ces deux secteurs porteurs en ASEANO, et leurs opportunités post-crise, RDV le jeudi 28 mai à 10h pour un webinar dédié, avec nos experts et partenaires ainsi qu’une entreprise s’étant développée avec succès dans la zone.
→ Informations et inscriptions : https://www2.teamfrance-export.fr/l/591721/2020-04-16/vlkwn8

M