Temps de lecture: 5 minutes

Ce matin dans le système de métro à Taipei, la capitale de Taïwan, les passagers en attente du prochain train font la queue devant les portes comme d’habitude. Mais chacun porte un masque, sans exception. Au restaurant, la distanciation sociale est également pratiquée : 1,5 mètre de distance entre chaque table, pas de siège face-à-face, et aussi le port obligatoire du masque pour tout le personnel y travaillant. A l’entrée des écoles, des entreprises, des gares, des grands magasins, etc., les gardiens prennent la température de chaque visiteur et désinfectent leurs mains avec une solution hydroalcoolique.

Ce sont juste quelques exemples pour illustrer qu’en ces temps de crise sanitaire, les habitants de Taïwan mènent leurs vies normalement malgré des mesures restrictives mises en place par le gouvernement taïwanais. A ce stade, aucun confinement n’est imposé sur le grand public, et les commerces ainsi que les établissements d’éducation restent ouverts. Nous pouvons dire que pour tous les aspects de vie, on fait toujours « business as usual », ou au moins jusqu’à un certain point.

Alors que le virus semble être sous contrôle à Taïwan (quasiment plus de nouveaux cas depuis une semaine), quelle est la situation actuelle et l’état du business (avec un petit focus start-up) ? Taïwan pourra-t-elle rebondir très rapidement ?

Des mesures efficaces et exceptionnelles contre la propagation du virus

Jusqu’au 17 avril, presque 3 mois après le premier cas détecté sur le territoire taïwanais, nous ne comptons que 395 cas confirmés (dont 85 % importés) et 6 décès à Taïwan. Encensées dans de nombreux pays, les méthodes adoptées par le gouvernement taïwanais s’avèrent très efficaces pour freiner l’explosion de cas confirmés sur le territoire. L’établissement d’un centre de commandement transversal au tout début pour les prises de décisions et les efforts de dépistage en font partie, mais la tech joue également un rôle important dans la maîtrise de l’épidémie sur l’île.

Les exemples sont nombreux. En plus de la réquisition de masques et la constitution d’une « équipe nationale » pour leur production, des plateformes en ligne spécifiques ont été élaborées pour la vente de masques. On peut effectuer des recherches afin de savoir où acheter les masques ainsi que le stock disponible, ou réserver des masques et puis les récupérer par certains canaux de vente. La première version de cette « carte de masques » est en effet développée par un ingénieur gérant Good Ideas Studio, un espace de co-working tourné vers l’informatique. Via les comptes officiels du CDC taïwanais sur les réseaux sociaux, l’instance gouvernementale informe quotidiennement le public de dernières nouvelles sur l’évolution de la pandémie, allant de l’augmentation des cas avérés aux rappels des nouvelles mesures mises en place. Basé à la fois sur le traçage de signal de portable et sur le contact quotidien à distance, le système de quarantaine à domicile fonctionne bien et permet aux autorités de réagir tout de suite quand quelqu’un sort de chez soi avant la fin de la quarantaine.

Un impact différencié de la crise sur l’industrie ou les services

Bien que la baisse d’activité économique à Taïwan soit limitée grâce à la maîtrise de l’épidémie par l’Etat, certains secteurs tels que les transports et le tourisme souffrent particulièrement quand le public restreint ses déplacements de longue distance. En revanche, la production manufacturière de la branche électronique taïwanaise connait une croissance continue de son activité avec un indice des Directeurs d’achat (« PMI index ») parmi les plus performants au monde pour le premier trimestre (indice de 61,5 en mars 2020). De même, nous observons un boom de tout ce qui concerne l’e-commerce, les services de livraison, les soutions logicielles etc. Réagissant de manière opportune, le Executive Yuan, branche exécutive du gouvernement taïwanais, a pu annoncer des plans de soutien à destination des individus ainsi que des entreprises. Les plans aux secteurs les plus exposés se basent sur trois axes principaux : aides de financement, d’emploi et d’impôt. A ce jour, le budget alloué par le gouvernement afin de réaliser ces plans s’élève à 31,29 Mds EUR.

Au sujet des start-up, le fonds gouvernemental National Development Fund a établi un plan de soutien opérationnel depuis début avril et valable pendant six mois. Pour les start-up taïwanaises ou bien les filiales taïwanaises de start-up étrangères remplissant les critères, le fonds pourrait investir exceptionnellement 6 à 12 mois de fonds de roulement dans ces start-up pour une période de deux ans sous forme d’action privilégiée. Mme Mei-Ling CHEN, ministre du Conseil national de développement, indique que ce dispositif vise à être souple et rapide – 1 mois maximum pour l’évaluation des dossiers – afin de pouvoir vraiment donner un coup de main aux start-up dans le besoin. On estime qu’environ 3.000 sociétés pourraient bénéficier de cette aide financière.

Par ailleurs, Meet, média et plateforme start-up, a réalisé un sondage auprès des start-up taïwanaises afin de comprendre l’impact de cette crise sanitaire sur leur activité. Dans le segment de la santé, 87,5 % des start-ups ayant répondu au sondage indiquent que leur chiffre d’affaires de mars 2020 n’a pas été influencé. Si l’on considère les start-up sondées qui ont dépassé le seuil de rentabilité ou celles qui génèrent déjà des revenus, 60 % de ces start-up ont indiqué avoir un même niveau de recettes ou bien un chiffre d’affaires en croissance en mars 2020 par rapport à la période d’avant-crise.

Quant aux activités des incubateurs et accélérateurs à Taïwan, ils parviennent à maintenir leur soutien aux start-up accompagnées. Bien sûr, les événements de pitch et de mise en relation sont organisés à taille réduite voire se transforment complètement en ligne. En même temps, ces incubateurs et accélérateurs encouragent les start-up à contribuer à la recherche et développement des solutions contre le COVID-19 et à se préparer à la reprise.

Retour à la normale imminent avec une dynamique accrue

Depuis le 18 mars, l’entrée des étrangers à Taïwan reste temporairement suspendue sauf cas exceptionnel. Pour ceux ayant obtenu une approbation, ils doivent alors subir une quarantaine à domicile obligatoire de 14 jours. Il est ainsi encore difficile de faire du business par le biais classique de rendez-vous physiques si vous n’êtes pas déjà sur place. Pourtant, les activités d’une majeure partie des entreprises taïwanaises ne sont pas à l’arrêt grâce aux outils de télétravail. Même si elles sont peut-être un peu plus réservées qu’auparavant, les entreprises taïwanaises ne cessent pas pour autant de chercher des solutions pratiques répondant à leurs attentes ainsi qu’à nouer de nouveaux partenariats.

Selon le Chung-Hua Institution for Economic Research, la croissance économique de Taïwan au premier trimestre 2020 atteint encore 1,83 % et l’estimation la plus récente de la croissance annuelle est à 1,03 %. Des prévisions indiquent également une condition stable dans la production des biens de haute technologie et de la machine-outil pendant la deuxième moitié de l’année, deux secteurs dont Taïwan dispose d’un savoir-faire de pointe. Pour le dire simplement, l’impact limité du COVID-19 sur l’économie taïwanaise allié à des écosystèmes tech et un environnement des affaires déjà très solides font de Taïwan un excellent tremplin pour les entreprises françaises prêtes à se lancer en Asie pour chercher de nouveaux clients et partenaires.

 

Sources : Business Next, Meet, NDF, CDC, Executive Yuan, BOCA, UDN, CNA, CIER

M