Temps de lecture: 4 minutes

Le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France sont les marchés les plus florissants d’Europe. Chacun a sa spécificité et il est plus facile de s’y développer selon son secteur d’activité. Tour d’horizon des marchés allemands et anglais !

Le Royaume-Uni et l’Allemagne, deux marchés clés pour accélérer son développement…

Le Royaume-Uni, l’Allemagne et la France sont les trois marchés européens privilégiés des investisseurs en capital-risque : en 2018, ils ont attiré 65% des investissements en capital-risque en Europe, selon le Baromètre EY du capital risque en France. Le Royaume-Uni est en tête avec 7,4 milliards EUR levés (693 opérations), l’Allemagne arrive en deuxième position (4,4 milliards EUR pour 593 opérations) et la France ferme le podium avec 3,6 milliards EUR pour 645 opérations réalisées.  

Le Royaume-Uni est un marché incontournable pour les technologies numériques ; le secteur représente un chiffre d’affaires de plus de 1400 milliards EUR (Tech Nation Report 2019). Plus de 500 000 start-ups se lancent chaque année et un nombre significatif passe le stade de la scale-up en hypercroissance. Le ScaleUp Institute estime que le nombre de sociétés en hypercroissance au Royaume-Uni a atteint les 36 500 entreprises en 2018. 72 s’entre elles sont entrées dans le cercle fermé des licornes, valorisées à plus d’1 milliard de dollars, contre 29 en Allemagne et 12 en France (Tech Nation, Dealroom.co).  

«Les sociétés innovantes trouvent au Royaume-Uni le trio gagnant : financements, talents et débouchés commerciaux, notamment internationaux puisque Londres est un véritable hub EMEA de la tech. Mais elles y rencontrent aussi, en contrepartie, une concurrence exacerbée et des attentes élevées de la part des opérateurs locaux», explique Isabelle Tibayrenc, Responsable du département Tech & Services innovants de Business France au Royaume-Uni. 

Lorsqu’il s’agit de décrire la scène Tech allemande, tous les yeux se tournent vers Berlin ! C’est vrai, la capitale allemande obtient la première place en termes de création d’entreprises et de levées de fonds (Start-up Monitor 2019). Toutefois, la décentralisation du pays entraîne d’autres hubs Tech tels que la Métropole Rhin-Ruhr et la Bavière. Les licornes allemandes – Auto1 Group, Ottobock, N26 ou encore Nucom Group – mettent en lumière ce fait avec des sièges en Bavière, Hesse, Basse-Saxe et Berlin. Le domaine d’application des meilleures start-up allemandes a évolué ces dernières années. En effet, les plateformes de commerce en ligne ont laissé la place à la FinTech, la mobilité, la Smart Logistics, la PropTech et les Human Resources couplés avec la technologie d’Intelligence Artificielle (étude EY 2019).  

«L’une des raisons d’être du programme Impact Allemagne est de montrer aux entreprises françaises que non, toutes les opportunités ne se dénichent pas à Berlin ! Si les GAFAM sont bien représentés dans la capitale allemande, une Tech française de l’assurance ou de la finance devrait plus s’intéresser à des villes comme Francfort ou Munich. Pour maximiser les chances d’échanger avec les sièges sociaux du DAX (équivalent allemand du CAC 40), mieux vaut prospecter des Länder comme la Rhénanie du Nord-Westphalie ou bien le Bade-Wurtemberg», souligne Martin Gramling, Responsable du département Tech & Services innovants de Business France en Allemagne.  

…les sociétés françaises du digital l’ont bien compris et privilégient ces deux marchés dans leurs stratégies export en Europe

De janvier à novembre 2019, Business France a accompagné 82 entreprises technologiques et de services innovants françaises dans leur développement au Royaume-Uni et près de 200 en Allemagne. L’Allemagne bénéficie ici d’un effet de bord important : la multitude d’événements professionnels à dimension internationale, les entrepreneurs se tournant vers ce marché pour approcher des acteurs locaux mais aussi internationaux.  

Les appétences sont fortes pour ces deux marchés puisque les entreprises identifiées par Business France comme présentant des plans de développement pour le Royaume-Uni et l’Allemagne sont au nombre respectivement de 150 et 300.  

Au Royaume-Uni, les secteurs porteurs qui présentent de belles opportunités pour les start-ups françaises sont la FinTech, la MarTech, la Retail Tech, la CultureTech et les logiciels. «Si nous avons identifié moins de projets de Fintechs françaises vers le Royaume-Uni cette année, les solutions pour le marketing, la culture ou encore la formation sont très dynamiques. Ces solutions répondent à la demande britannique, mais le succès sera conditionné par plusieurs éléments dont : bien travailler sa proposition de valeur et adapter sa stratégie Go-To-Market», partage Isabelle. 

En Allemagne, les secteurs de la Retail Tech, la FinTech, la Silver Economy et la CultureTech ont rassemblé la demande allemande et l’offre française en 2019. Pour Martin Gramling : «L’offre française dans ces secteurs est reconnue en Allemagne comme performante et compétitive. Néanmoins, il ne faut pas négliger de «germaniser» son offre en adaptant son marketing et sa communication en langue allemande et en acquérant une vision décentralisée du pays. De manière générale, une offre de niche portant une technicité prouvée et démontrable, proposée en allemand, aura un accueil favorable sur le marché».       

Business France lance Impact Europe

Les start-ups françaises sont de plus en plus nombreuses à partir à l’assaut de ces deux plus grandes économies européennes. Mais elles manquent souvent de préparation pour réussir sur ces marchés très compétitifs et exigeants.
Fort de ce même constat réalisé aux Etats-Unis il y a 5 ans, Business France lance le programme Impact en Europe pour aider les entreprises françaises du digital à pérenniser leur développement outre-Manche et outre-Rhin.  

Dépôt de candidatures et informations sur les programmes Impact au Royaume-Uni et en Allemagne en cliquant sur le bouton ci-dessous.

Contacts :

Business France Royaume-Uni :
Elodie Gaillard, Chargée de développement, elodie.gaillard@businessfrance.fr  +44 20 8132 4594

Business France Allemagne :
Florian Schnitzler, Chargé de développement senior, florian.schnitzler@businessfrance.fr – +49 211 300 41 270,   

Vous êtes une entreprise française et souhaitez discuter de votre développement international ? Un conseiller dédié dans votre région et expert de votre secteur vous recontactera dans les plus brefs délais :

 

M