Temps de lecture: 8 minutes

La Suède ambitionne d’être parmi les meilleurs pays du monde pour l’utilisation du numérique, qui est perçu comme l’un des facteurs clés de développement. Le numérique irrigue tous les secteurs d’activité possibles, aussi, tout le monde devrait avoir la possibilité de prendre part à la numérisation et tirer le meilleur des avantages qu’elle apporte pour une croissance durable, un haut niveau d’emploi et une société solidaire.

Le numérique au cœur de l’économie

Le rapport « DESI » – digital economy and society index – publié par la Commission européenne en 2017 classe la Suède au 3e rang des pays les plus digitalisés d’Europe, derrière le Danemark et la Finlande : 95% de la population utilisent internet quotidiennement et 90% des familles sont équipées de matériel informatique. D’ici 2025, le gouvernement planifie de couvrir 98% du territoire suédois en internet très haut débit (1Go/s). Cet ambitieux programme est en fait déjà presque atteint avec 63% des foyers déjà connectés (contre 37% de moyenne en Europe) et des travaux d’ores et déjà entrepris qui devraient permettre d’atteindre 95% à l’horizon 2020. Le cas des foyers très isolés (5% restant) pourrait être réglé par le déploiement de la nouvelle norme 5G dans les années à venir.  

Le pays scandinave porte le titre de pays le plus innovant d’Europe et Stockholm n’est qu’au deuxième rang mondial derrière la Silicon Valley pour ce qui est du nombre de pôles technologiques par habitant.

Forte d’un secteur florissant et performant, la Suède a déjà vu naître de nombreuses grandes entreprises du numérique, au sens large, avec en tête Ericsson (pionniers des téléphones et 3ème fournisseur mondial d’équipements et logiciels réseau), Volvo (constructeur automobile très impliqué dans la recherche sur les voitures autonomes), et à ce jour 7 licornes dont Skype, Spotify (leader mondial du streaming musical), Klarna et IZettle (solutions de paiement), King et Mojang (jeux vidéo), Avito (e-commerce). A noter aussi que la Suède dispose du 1er cluster européen (et 3e mondial) en TIC, la Kista Science City, où les opportunités de collaboration sont nombreuses mais restent encore à développer.

IoT, AI, Cybersécurité, des secteurs numériques dynamiques en Suède

La taille de l’industrie électronique suédoise (comprenant la photonique, la robotique, le génie numérique et les nanotechnologies), s’élève à 10 Mds EUR en valeur ajoutée, soit 17,5 % de la valeur ajoutée de l’industrie suédoise.

Le nombre d’objets connectés a dépassé le nombre d’habitant : 2,9 objets par personne en 2018. Ce qui représente près de quatre fois plus de dispositifs connectés par personne que le reste du monde. La Suède possède 35 % du total des revenus du marché nordique des objets intelligents. 

Si le secteur IoT compte un nombre important d’initiatives suédoises (ABB AB, leader mondial dans les technologies d’industrie et d’automatisation ; Combitech AB (Saab AB), Addiva AB, services dans l’ingénierie et la gestion des produits ; et Wiotech AB, produits et services pour le contrôle et la surveillance), de nombreux acteurs français ont également réussi à s’implanter dans le secteur : CapGemini, Dassault Systèmes, Schneider Electric et Massive (filiale du leader français des jeux vidéo Ubisoft).

La Suède se place avant les Etats-Unis, la Suisse et les Pays-Bas dans le classement des pays les plus favorable à l’IOT industrielle (IIOT) qui porte notamment sur le climat des affaires, la main d’oeuvre instruite, les fondations technologiques et institutionnelles préexistantes, la réactivité et la capacité d’innovation et de transformation des entreprises et des consommateurs.

En matière d’intelligence artificielle, le gouvernement suédois a chargé l’agence de financement de l’innovation, Vinnova, de cartographier et d’analyser l’utilisation et le potentiel en IA de l’industrie suédoise et du secteur public afin d’en accroitre la compétitivité sur la scène internationale.

Le développement et la mise en œuvre de solutions d’intelligence artificielle pour relever les défis environnementaux et sociaux de la société offrent un potentiel considérable. En conséquence, l’intelligence artificielle peut contribuer aux possibilités de la Suède d’atteindre les objectifs du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Le rapport final, remis en mai 2018, met en avant quelques domaines d’application possibles dans divers secteurs, qui devraient être particulièrement importants pour le développement, la compétitivité future et la force d’innovation des entreprises suédoises :

  • Développement industriel – développement de produits et services et de procédés de fabrication
  • Voyages et transports – véhicules autonomes, infrastructures logistiques et de transport
  • Villes durables et intelligentes – systèmes de transport, énergie et déchets, systèmes d’éducation et de santé
  • Santé – produits, services et processus pour le diagnostic, les médicaments et les soins de santé
  • Services financiers – développement de services dans les domaines de la finance, de l’assurance et des systèmes de paiement
  • Sécurité – défense, contingence civile, police et douanes

En termes de sécurité des données, les risques liés à une utilisation consciente des données nuisibles et à leur manipulation, sont de plus en plus élevés.

De plus, dans un contexte où la politique de l’ouverture des données apparaît comme un prérequis naturel pour la politique de recherche et d’innovation suédoise ; l’Open Access s’avère être une priorité, avec pour objectif d’ici 2026, d’ouvrir l’ensemble des archives et bibliothèques nationales ainsi que les résultats de la recherche (articles, données…).

On assiste depuis 2015 à une structuration et à la mise en place de quelques plans stratégiques en matière de cybersécurité ; le dernier datant de fin 2017.

Des domaines d’applications clés : Industrie, Logistique, Transport et Santé

L’un des secteurs clés de l’économie suédoise en pleine digitalisation est l’industrie : sa structure et son organisation se sont progressivement transformées, et ont muté vers un processus de « servicisation ». Une place prioritaire à la compétitivité, à l’innovation et à la formation professionnelle a été accordé. La Suède a su remplacer la perte de ses emplois industriels par les services à l’industrie. A cet égard, la Fédération suédoise des entreprises industrielles, Teknikföretagen, juge que les statistiques classiques de la comptabilité nationale sous-estiment régulièrement le poids de l’industrie. Avec une définition stricte, l’industrie ne représente plus que 14,6% du PIB en Suède, tandis qu’avec la conception étendue de Teknikföretagen, l’industrie représenterait encore 21% du PIB et 850 000 salariés.

Ainsi, l’industrie au sens large reste un vecteur de croissance important pour l’économie du pays. La valeur ajoutée des services à l’industrie ne cesse de croître : l’activité des sièges sociaux en Suède représente 5% du PIB, alors qu’il était à 1,8% en 1980.

La Suède a été mise à l’honneur pour l’édition 2019 du salon allemand Hannover Messe, le plus grand salon de la technologie industrielle au monde. La stratégie pour une « Smart industry » se concentre sur 4 points clés : l’industrie 4.0, une production durable, le renforcement des compétences industrielles et Test Bed. D’autres initiatives mettant en avant la transformation de ce secteur incluent notamment la stratégie de nouvelle industrialisation du pays appelée Produktion 2030.

L’intégration de la chaine logistique est aussi un point majeur pour la Suède. Avec 10.2 millions de consommateurs sur les 27,3 millions que compte la zone nordique, et le PIB le plus élevé, la Suède est de loin le plus grand marché. La Suède reçoit plus de 50% des investissements directs étrangers (IDE) entrants dans la région. Le pays est également le choix le plus courant pour les sièges régionaux. Les deux tiers des entreprises du groupe Fortune 100 qui exploitent des sièges régionaux partent de Suède.

Établir une position en Suède signifie une triple présence sur le marché en Scandinavie, en Europe du Nord et dans l’Union européenne, où vivent quelque 500 millions de consommateurs.

Au côté du numérique, le climat et les transports durables, ainsi que les solutions de carburant et de logistique sont des domaines d’activité importants pour la Suède.

Innovante, l’industrie suédoise prend des mesures pour ne pas manquer le tournant mondial vers l’électromobilité qui se concrétise désormais sous l’impulsion de la Chine. Au-delà de l’intérêt écologique, la transition vers le tout-électrique est un enjeu de survie économique. La 1ère gigafactory européenne de batteries devrait être construite en Suède d’ici 2021, les grands constructeurs du secteur automobile (Volvo, Scania) accélèrent l’électrification de leur gamme de produits et s’engagent pour les routes électrifiées avec le soutien de l’État.

Enfin, le tandem santé/sciences de la vie est l’un des défis sociétaux majeurs pour l’écosystème de l’innovation suédois. La Suède est un pays avec une longue tradition scientifique dans le domaine médical.

La stratégie en sciences de la santé et de la vie est, quant à elle, particulièrement basée sur une utilisation approfondie des outils numériques appliqués (e-santé, Big data, santé personnalisée, télémédecine, interopérabilité des bases de données biologiques et médicales, imagerie médicale, etc). Le développement de la recherche clinique, point fort suédois, s’appuie sur l’exploitation des bases de données biologiques et médicales.

La santé intelligente est l’avenir des soins de santé. Cette révolution influence déjà les pratiques quotidiennes des patients et des professionnels. Le patient est autonome et plus actif grâce aux appareils numériques.

Les investissements dans le secteur de la santé intelligente ont explosé, et on prévoit que plus de 410 milliards de dollars seront investis dans les dispositifs, logiciels et services IoT destinés au secteur de la santé d’ici 2022. Le gouvernement suédois s’est engagé à être « le meilleur au monde à utiliser les opportunités offertes par la numérisation et la santé en ligne » d’ici 2025 et, à Stockholm, des signes indiquent que cet objectif sera atteint.

Un potentiel de collaboration à développer

la Suède dispose de compétences de niveau mondial et d’une volonté politique de maintenir le pays parmi les leaders mondiaux.

Le Président de la République et le Premier ministre suédois ont signé le 17 novembre 2017 à Göteborg, un partenariat stratégique pour l’innovation et les solutions vertes. Une nouvelle version du partenariat est actuellement en discussion et devrait aboutir à un approfondissement de notre coopération avec la Suède. Le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, se rendra à Paris en juin prochain afin de dresser un bilan des actions entreprises dans ce cadre et d’en signer une nouvelle version, qui reprendra les thèmes identifiés comme prioritaires il y a deux ans et devrait être élargi à de nouvelles thématiques.

La Suède semble prête à collaborer avec des experts internationaux pour élaborer une stratégie en intelligence artificielle. C’est un pays attrayant pour sa main-d’œuvre qualifiée, ses installations de recherche et développement étendues, un marché de tests avancé et des clients et fournisseurs exigeants constituant la base des opérations commerciales du plus haut calibre. Fortune 500 a placé Stockholm sur la carte des 15 meilleures villes du monde pour les entreprises, à la recherche d’une main-d’œuvre intelligente, d’une infrastructure solide et de clients potentiels.

Pour renforcer la compétitivité de la Suède, il faut être capable de créer et de produire des solutions et des technologies innovantes, ainsi que de développer des entreprises existantes et nouvelles.

Dans ce contexte favorable, les pôles de compétitivité du secteur (Cap Digital, Systematic, Images et Réseaux, SCS, Optitec et Minalogic) ont souhaité structurer une mission conjointe avec Business France sur le marché suédois pour permettre à leurs membres de découvrir ce marché (secteur, acteurs, recherches, enjeux, besoins…), de développer leur réseau et de nouer et développer des partenariats technologiques et industriels avec les acteurs suédois du secteur des technologies liées au traitement des données (intelligence artificielle, réalité virtuelle et augmentée, IoT, big data et sécurité des données).

Organisée en partenariat avec la DGE (Direction Générale des Entreprise), cette Mission Partenariale Internationale qui aura lieu du 23 au 26 septembre 2019 à Stockholm, sera principalement axée sur les secteurs applicatifs suivants : industrie du futur, santé, mobilité intelligente et logistique.

Plus d’informations sur : https://extranet-btob.businessfrance.fr/prg-27961

Vous êtes une entreprise française et souhaitez discuter de votre développement international ? Un conseiller dédié dans votre région et expert de votre secteur vous recontactera dans les plus brefs délais :

 

M