Temps de lecture: 3 minutes

Avec 334 Fintech en juillet 2018, le Mexique se positionne comme le 2ème écosystème fintech d’Amérique Latine (7ème au niveau mondial), juste derrière le Brésil qui en compte 377. Pourtant, parmi les 64 fintech étrangères présentes au Mexique (dont 65% sont européennes), aucune n’est française[1].

C’est pourquoi, cette année Business France ambitionne d’accompagner une délégation d’une dizaine de fintech et insurtech françaises sur le marché mexicain et de participer au Finnosummit, évènement fintech le plus important d’Amérique Latine, qui comprendra également un volet insurtech.

[1] Radar Fintech 2018, Finnovista

Un marché nouvellement encadré par une « loi Fintech »

En mars 2018, le Mexique a adopté la « Loi de Régulation des Institutions de Technologies Financière » ou « loi fintech ». Cette loi adaptée du modèle anglais « Sandbox » constitue la 1ère tentative de régulation du secteur sur le continent latino-américain et témoigne de la volonté de moderniser le secteur financier. 

L’objectif principal de cette loi est de superviser les opérations financières effectuées via des plateformes technologiques, qui n’étaient jusqu’à présent soumises à aucun contrôle, dans le but d’éviter les fraudes et les usurpations d’identités. La loi concerne principalement trois secteurs : les paiements électroniques, le financement collectif (crowdfunding) et les actifs virtuels.

Un marché mexicain en plein expansion et source d’opportunités pour les fintechs et insurtech françaises

Près de 100 nouvelles Fintech ont été créées entre 2017 au 2018 sur le territoire mexicain, soit une augmentation de 40% par rapport à l’année précédente. En 2020, il est estimé que ce secteur représentera 30% du marché bancaire mexicain, soit 9 Mds USD.

L’explosion de la fintech au Mexique s’explique par plusieurs facteurs clés. Malgré une légère amélioration ces dernières années, le Mexique reste un pays où le taux de bancarisation est très faible. En 2018, plus de la moitié de la population âgée de 18 à 70 ans (53%) ne disposait pas de compte bancaire [1]. Le recours au prêt étant, par ailleurs, peu accessible, 53 millions d’adultes sont exclus du système financier traditionnel et se tournent vers des moyens de paiement non régulés. A ceci s’ajoute une absence de confiance dans le système bancaire traditionnel (dévaluations, fraudes). C’est pourquoi, la bancarisation par des moyens alternatifs des ménages mexicains constitue un enjeu majeur pour le développement du pays et un segment sur lequel les acteurs de la fintech ont une réelle carte à jouer. Mais au-delà du B2C, de nombreux secteurs de l’économie sont intéressées par la Fintech : pour une assurance par exemple, difficile d’assurer une personne non bancarisée.

Par ailleurs, la croissance du secteur fintech au Mexique est largement favorisée par la hausse du taux d’équipement en internet (70%), et le développement du e-commerce qui en découle (+27% entre 2016 et 2017) ; ainsi que par l’usage croissant du smartphone, dont le taux de pénétration devrait atteindre 85% en 2020. Le nombre de personnes utilisant un service bancaire depuis leur téléphone a connu une nette hausse depuis 2012, passant de moins d’1 million d’utilisateurs à près de 8 millions en 2018. Cela représente environ 10% de la population âgée de 18 à 70 ans [2]

[1] Résultats de l’Enquête Nationale d’Inclusion Financière (ENIF) 2018

[2] Résultats publiés par l’Institut National de Statistiques et de Géographie (INEGI), en collaboration avec la Commission Nationale des Banques et des Valeurs Mobilières (CNBV).

Pourquoi le Finnosummit ?

Le Finnosummit représente le principal évènement de fintech en Amérique Latine. Il réunit 3000 participants de l’écosystème : investisseurs, banques, néo-banques et start-up venus de tout le continent, et des Etats-Unis. Cette année, il se déroulera sur 4 jours (du 10 au 13 septembre) : 2 journées fintech, 1 journée insurtech et 1 journée inclusion financière.

Alors, qui sera la 1ère Fintech au Mexique… Les dés sont lancés !

Vous êtes une entreprise française et souhaitez discuter de votre développement international ? Un conseiller dédié dans votre région et expert de votre secteur vous recontactera dans les plus brefs délais :

 

M