Temps de lecture: 2 minutes

Comment un projet atypique français est devenu l’une des références et modèle d’un pays situé à 9000 km de la France.

 

Juin 2018-Tokyo

Dans une des salles du quartier des affaires de Tokyo, ambassadeurs et politiciens se sont retrouvés. Le ministère de l’économie, des échanges et de l’industrie (METI) Japonais a souhaité faire une annonce officielle : présenter un nouveau projet pour rendre le Japon plus attractif.
Nom de Code : J-Startup ; un regroupement de 100 startups japonaises qui représentent les entreprises leaders de demain pour le pays. Le nom, le logo et le descriptif de J-Startup semblent avoir un goût de « déjà vu »… et pour cause, le gouvernement japonais ne s’en cache pas, il a pris la French Tech comme modèle.

La French Tech, qui a soufflé ses 5 Bougies en 2018, a su créer une véritable image de marque au sein du pays du soleil levant. Si il y a encore 5 ans, les japonais voyaient dans la France le pays du fromage et de Coco Channel, ces 5 dernières années ont prouvé que la France était une terre de savoir-faire et d’idées, de start up et de projets tournés vers l’avenir.

La création de J-Startup, inspirée du modèle français, prouve non seulement que les relations entre la France et le Japon sont plutôt positives, mais elle démontre aussi une vraie reconnaissance de la qualité des startups françaises dans leur déploiement à l’international, et plus particulièrement vers le Japon. C’est une réelle opportunité à saisir pour qui souhaite développer son entreprise dans ce pays souvent vu comme ultra high tech mais surtout très fermé aux étrangers. Une image, qui peut être vraie par certains aspects mais que le label French Tech et la qualité « made in France » permettent de contourner aujourd’hui.

 

Les entreprises japonaises sont en effet de plus en plus ouvertes vers la France et cherchent des partenariats avec leurs homologues français. De nombreux exemples de « success stories » en sont la preuve, telles que celles de Aldebaran Robotics et Softbank qui ont élaboré le robot « pepper » ou la société Navya qui, toujours avec Softbank, a déjà une « roue » au Japon avec sa voiture autonome.
Enfin on peut citer Scality, « Papa » de la French Tech qui a aujourd’hui une entreprise bien implantée sur le sol japonais. Il est à noter d’ailleurs que la société Scality sera présente au Slush Tokyo qui se déroulera du 22 au 23 février à Tokyo.

Les japonais aiment particulièrement participer à des salons. On peut d’ailleurs souvent croiser de grandes entreprises japonaises tels que Sony, Fujitsu, NTT Docomo dans les allées, curieux de rencontrer les startups et PME étrangères, à commencer, bien souvent, par les françaises.

CES, MWC, Slush, SXSW… Si vous avez déjà participé à l’un de ces grands salons de la tech, vous avez certainement pu remarquer la présence japonaise et si c’est votre première participation, vous ne manquerez pas de la remarquer.

Alors pourquoi ne pas venir profiter de cette opportunité pour mettre en avant vos produits ou services lors d’une de nos missions à destination du Japon ?

Vous avez des questions concernant le marché japonais ? Vous souhaitez savoir ce que Business France peut faire pour vous ?

 

⇒ N’hésitez pas à nous contacter : Pierre LECOMTE, Business France Tokyo – pierre.lecomte@businessfrance.fr

 

 

Vous êtes une entreprise française et souhaitez discuter de votre développement international ? Un conseiller dédié dans votre région et expert de votre secteur vous recontactera dans les plus brefs délais :

 

 

M