Temps de lecture: 3 minutes

Le plus grand salon de l’électronique grand public vient de fermer ses portes. Près de 200 000 visiteurs ont arpenté les allées entre les quelque 4 500 exposants. Parmi les automobiles autonomes et électriques, les téléviseurs derniers cris, les robots de plus en plus agiles et intelligents, cette 51ème édition aura été marquée par… une gigantesque coupure d’électricité !

https://twitter.com/blackmirror/status/951191353018519553

Heureusement, sur l’Eureka Park, zone dédiée à l’innovation des startups, le courant est bien passé entre l’ensemble des startups françaises et les visiteurs. Cette année encore, la France était très bien représentée dans cette zone avec près de 280 entreprises, soit la seconde nation tout juste derrière les Etats-Unis, et très loin devant les suivants, les Pays-Bas ou encore la Chine.

 

LE CES, un salon Franco Français ?

 

Même s’il n’est pas rare de croiser des français à Las Vegas, il faut distinguer deux choses :

Premièrement, la présence française se concentre essentiellement sur l’Eureka Park, et non sur l’ensemble du salon. Nous n’avons pas encore en France un grand constructeur de téléviseurs près à en découdre avec les grandes marques coréennes.

Deuxièmement, malgré la crainte d’une qualité diluée dans la présence massive des startups françaises, beaucoup d’entre elles ont su se démarquer. Mieux encore, certains saluent même l’innovation française dans sa globalité.

« Je dois reconnaître que j’étais sceptique sur l’intérêt pour les startups françaises de se presser si massivement dans les allées du CES cette année. Pourtant, après quatre jours passés à Las Vegas, je n’ai plus de doutes sur l’importance de ce voyage pour les startups, qui y trouvent un intérêt multiple. » Bertrand Begay – Directeur Général, P.Factory pour Maddyness
https://www.maddyness.com/business/2018/01/15/tribune-trop-de-startups-french-tech-ces/

Le CES reste bel et bien un salon international. L’objectif de la majorité des exposants est de lancer leur produit sur un marché étranger, notamment celui des Etats-Unis. Les français n’ont pas à rougir car 31 produits de startups françaises ont été distingués par des Innovation Awards du CES.

 

Et Business France dans tout ça ?

 

Business France accompagnait pour la 5ème fois une délégation de startups sélectionnées par un jury d’experts de l’écosystème. Cette année, 36 startups ont rayonné sur le Pavillon France, fortes de plusieurs sessions de coachings par des professionnels (Industrialisation, media, pitch, investisseurs…)

La French Tech, ce sont aussi les pouvoirs publics et les institutionnels mobilisés pour encourager et soutenir la forte présence française. Ainsi, Mounir Mahjoubi, le Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé du Numérique et Pascal Cagni, Président de Business France et Ambassadeur délégué aux Investissements Internationaux ont fait le déplacement.

Aussi, pour la première fois, Business France organisait un Pavillon French Tech dédié aux technologies pour le véhicule connecté et autonome. Considéré comme l’évènement incontournable pour la French Tech dans le domaine de l’électronique grand public, le CES est devenu en quelques années l’un des 10 salons automobiles majeurs selon USA Today.

Autre nouveauté cette année, 9 startups sélectionnées par Target ont eu la chance de pitcher et de faire des démonstrations la semaine suivante au Target Open House de San Francisco. Ce magasin spécialisé dans les objets innovants a accueilli le temps d’une soirée quelques acteurs de l’écosystème de San Francisco. Une nouvelle occasion de mettre en avant l’innovation française, chez l’un des plus grands retaileurs américains.

Les retaileurs, une cible principale pour les startups exposantes. C’est pourquoi, en amont du CES, plusieurs participants au Pavillon France avaient eu la chance de présenter leurs produits dans l’espace Lick au BHV du Marais à Paris. Cette opération s’est tenue le week-end du 8 décembre, ce qui a donné l’occasion de tester les produits auprès du grand public quelques semaines avant Noël.

 

Je veux aller au CES en 2019 !

 

Vous travaillez sur un projet hardware, vous pensez pouvoir lancer un produit courant 2019 et vous souhaitez présenter votre innovation au CES 2019, restez connectés, suivez-nous sur les réseaux sociaux. Nous lancerons le concours pour être sélectionnés par notre jury au printemps 2018.

Combien ça coûte ?

Les tarifs évoluent chaque année mais nous conseillons toujours le même ordre de dépenses. Un stand sur l’Eureka Park est à partir de 2 900€ avec Business France. Cela comprend le stand, les différents coachings, les rdv acheteurs ou encore les différentes opérations… Au prix du stand s’ajoutent les vols, le logement et la nourriture. Le ticket moyen est d’environ 10 000€ à 15 000€ pour un stand sur l’Eureka Park avec 5 personnes de l’équipe. Au-dessus, c’est trop.

Laissons la conclusion à Stéphane Daucourt, CEO de Team8 :

« Pour résumer le CES je dirais : nécessaire.

Quand on est prêt à lancer son produit, la qualité des contacts est hallucinante, j’ai fait beaucoup d’événements et le ratio est de 10% de contacts vraiment utiles. Ici la tendance est inversée, 90% de nos contacts sont parfaits pour le développement de Team8 à l’international. »

Rendez-vous en juin 2018 pour le CES Asia avant de revenir à Las-Vegas en janvier 2019 !

Contact :

Maxime SABAHEC,
chef de projet Electronique / IoT @Business France
maxime.sabahec@businessfrance.fr
Twitter : @MaxSab

 

 

Vous êtes une entreprise française et souhaitez discuter de votre développement international ? Un conseiller dédié dans votre région et expert de votre secteur vous recontactera dans les plus brefs délais :

 

 

M