Business France - Logo
Menu
BUSINESS FRANCE RADIO

E-commerce en Asie du Nord-Est : Focus sur le Japon et la Corée

Le Japon et le E-Commerce : Comment redéfinir le mode de consommation

Le Japon est actuellement l’un des plus gros marchés au monde concernant l’e-commerce. Les consommateurs japonais sont à l’aise avec les achats en ligne, notamment via les téléphones portables /smartphones. Ces services sont d’ailleurs déjà proposés depuis une quinzaine d’années par les opérateurs mobiles.

Le Japon, une société connectée 24/7

Le Japon, un pays de plus de 126 M d’habitants, voit son nombre d’internautes atteindre le chiffre record de 100.18 Millions. Avec un PIB par habitant supérieur à 40.000 dollars, le Japon a de quoi faire tourner des têtes pour qui veut se lancer dans le e-commerce.

En effet, le taux de pénétration de l’internet fixe et mobile dans la population n’est pas en reste non plus avec respectivement 82.8% et 125.7%. Le marché supposé de l’e-commerce est estimé à 115 Mds USD. Le Japon est donc le marché à conquérir, comme l’on compris les GAFA, tels que le géant Amazon qui, dans sa stratégie internationale, a mis le Japon dans son top 4 des pays à prioriser (avec les USA, l’Allemagne et le Royaume-Uni). Actuellement leader, la firme Américaine est talonnée de près par sa concurrente Japonaise Rakuten (respectivement 20,2% et 20,1% en 2017 selon le JETRO). La dernière marche du podium allant à Yahoo Japan avec « seulement » 8,9% de parts de marché.

La marque, la qualité et les caractéristiques produits sont traditionnellement les critères les plus déterminants au Japon, même si en raison du durcissement économique, le prix est devenu progressivement un critère central. La rapidité de livraison est aussi un facteur clé. Cependant, plus important encore que la rapidité, le critère principal reste avant tout le respect des dates de livraison. De plus, les japonais sont réceptifs au « Story telling » des produits et au retour d’expérience des autres consommateurs. Attention toutefois à ne pas se perdre dans des descriptions trop longues, parfois moins parlantes que les images pour les japonais.

E-commerce, Asie du Nord-Est, Japon, Amazon, Rakuten

Un mode de paiement différent des voisins

L’article phare du e-commerce reste les vêtements, cependant les ventes s’élargissent progressivement vers l’alimentaire, les articles de décoration, etc.

Il est aussi bon de noter que le M-Commerce s’envole au japon. Les Japonais passent plus de 2 heures par jour devant des smartphones. Il est donc normal que ceux-ci soient à l’origine de 50% du trafic des grands sites de e-commerce.

De plus, le marché du O2O (« Online to Offline » et « Offline to Online ») connaît lui aussi une croissance importante. Pour 2017 la taille de ce marché avoisinait les 2.8 Mds EUR. Les entreprises japonaises semblent vouloir créer un lien entre les sites internet et les magasins physiques, l’une des principales raisons pouvant être un mode de paiement qui diffère des autres pays. En effet, là où la Chine a vu sa population utiliser de plus en plus des modes de paiement numériques notamment via Wechat, le Japon reste plus traditionnel, préférant l’argent réel, même quand il s’agit du e-commerce. A titre de comparaison, alors qu’en France, 80% des achats en ligne sont réglés par carte de crédit, il n’en est pas de même pour le pays du soleil levant. Seulement 61% des règlements e-commerce ont été effectués par carte de crédit en 2017, 19% par virement bancaire et 13% par paiement direct lors de la réception du colis (3%) ou dans les « Konbinis » (superette japonaise ouverte 24/7).

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce marché porteur pour les entreprises françaises du e-commerce, n’hésitez pas à nous contacter :
Kaoruko HAYASHI, Chef du Pôle Tech & Services innovants @ Business France Japon
kaoruko.hayashi@businessfrance.fr

 

Jeune et Connectée, La Corée au Cœur du E-commerce Asiatique

Plus d’1 coréen sur 4 utilise des services de paiement mobiles. Dans les utilisateurs, les vingtenaires sont les plus assidus puisque 1 sur 2 ont eu recours à du mobile banking dans les 6 derniers mois.

Marché Corée : Un géant en devenir

La Corée abrite 51,2 M d’habitants avec un PIB de plus de 1 400 Mds USD faisant du pays la 11ème puissance mondiale. Le PIB par habitant est actuellement à plus de 27 000 USD et devrait atteindre 32 000 USD d’ici 2021. On dénombre actuellement 30,5 M d’acheteurs e-commerce, un nombre qui devrait croitre d’1,5 M d’ici 2021. A cette date, les utilisateurs devraient dépenser online en moyenne et par an 1 023 USD.

https://www.eshopworld.com/blog-articles/south-korea-ecommerce-insights-2017/
http://seoulspace.com/2017/09/16/top-5-e-commerce-sites-in-south-korea/

Ces chiffres sont à mettre au crédit de la numérisation complète de la société coréenne, un pays où la population est depuis très longtemps rompue à l’utilisation massive d’internet : avant Facebook et même MySpace, la Corée avait créé Cyworld, réseau social adopté par 20 M de personnes. Ajoutez à cela un taux de pénétration de 85% du smartphone et des records de vitesse d’internet et vous obtenez près de 100% des consommateurs entre 10 et 40 ans qui achètent en ligne et principalement via mobile.

Ainsi, les achats domestiques en ligne ont atteint 55,9 Mds USD en 2016, soit 17,9% du total de l’industrie du retail, ce qui est le taux le plus élevé au monde. Les achats sur mobile sont le principal facteur de croissance du e-commerce coréen : ils ont ainsi augmenté de 41,8% en 2016 et représentent maintenant plus de la moitié des achats online.

Les produits les plus consommés sont les services de réservations de voyage (17,4%), les produits Home Appliances & Electronics (11%), les vêtements (10,6%), les accessoires maison & voiture (10,2%), les cosmétiques (7,9%) et les ordinateurs (6,2%). Les achats auprès des revendeurs étrangers augmentent également car ils permettent aux coréens de trouver des articles moins chers, même en y ajoutant les frais de port et douane. Le e-commerce cross border a ainsi atteint un montant de 1,6 Mds USD en 2016.

Objectif : O2O

L’essor du e-commerce fait souffrir le retail traditionnel vers lequel les consommateurs ne font que du lèche-vitrine et préfèrent acheter en ligne où les prix sont plus avantageux. Les retailers essaient d’intégrer commerce offline et on-line en offrant une expérience sans rupture pour le consommateur.

La concurrence s’accentuant entre les différentes plateformes onlines, le service de livraison éclair est devenu la clé pour attirer plus de clients. Coupang a par exemple investi plus d’1,5 Mds USD pour construire son infrastructure de livraisons « Rocket » : plus de 4 000 livreurs et 17 entrepôts dans toute la Corée, garantissant une livraison en moins de 24H.

Cross Border et E-commerce                                                        

65% du commerce cross-border coréen se fait avec des produits venant des Etats-Unis. Toutefois, cette part baisse régulièrement (73% en 2014), au profit de la Chine et surtout de l’Europe.

Coupang a actuellement un projet avec la France, pour lequel Business France est partenaire.

Coupang, E-commerce, Corée, Business France

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce marché et pouvoir être référencé chez le leader du e-commerce en Corée, contactez
Nicolas AUDIBERT, Conseiller export @ Business France Corée du Sud
nicolas.audibert@businessfrance.fr

 

Auteur : Admin publié le May 30,2018
Catégorie: e-commerce , Focus marché

Publier un commentaire

Refresh

Comment 0 commentaires

%d bloggers like this: